Poussage du tablier

        Le pont des Lônes a été construit par poussage. Cela signifie que les différents éléments du tablier étaient associés sur le sol et que l'on a petit à petit "poussé" le tablier sur les piles afin de rejoindre l'autre rive. On parle aussi de "lançage".

        Cette technique est illustrée (de manière simplifiée) par le diaporama suivant : Poussage

 

   

                      Poussage du pont des Lônes

 

 

        Le tablier du pont des Lônes a été mis en place par 5 opérations de poussage entre novembre 2002 et fin 2003. Chaque opération de poussage se fait entre deux appuis (pile ou culée). Lors de sa construction, le pont des Lônes a détenu le record de longueur d'une opération de poussée : plus de 125m !

       Mais comment fonctionne cette technique de poussage ?

  • Tout d'abord, on assemble, à terre sur la rampe de lancement, les éléments de la charpente métallique du tablier qui sera poussée.
  • Pour la poussée, on utilise un système de deux couples de vérins hydrauliques. Ceux-ci sont ancrés sur le rail de lancement. Ils poussent la charpente, puis avancent sur le rail en se refermant, afin de s'ancrer à nouveau. Cette technique permet au tablier d'avancer à une vitesse moyenne de 10 m/h.

         Les vérins permettant le poussage

  • Pour rattraper la déclivité naturelle de la charpente (due à son poids) et lui permettre de passer au dessus de chaque pile, on installe sur le devant du tablier un avant-bec, d'une longueur de 50 m :

    • Cependant, l'avant-bec ne suffit pas, c'est pourquoi on place, au niveau du point d'appui de départ et sous la charpente, une cale : (Les images suivantes sont uniquement explicatives et illustrent de manière exagérée les faits).

                                                     Sans cale

                                         Avec cale

  • Au niveau des points de contact avec les piles, la charpente est guidée par des rails. De plus, des ouvriers placent des plaques de téflon pour faciliter le glissement de l'acier.

 

        La plupart du temps, sur des ouvrages plus grands ou avec un tablier plus lourd, on met en place des palées provisoires entre les piles. Celles-ci vont permettre d'augmenter le nombre de points d'appui du tablier (cf. image ci-dessous).

        En ce qui concerne les ponts à haubans, le haubanage est généralement mis en place sur une portion du tablier avant que celui-ci ne soit poussé. Cela permet de le soutenir (cf. image ci-dessous).

        De plus, le poussage s'effectue parfois à partir des deux extrémités du pont. On rattache alors les deux parties du tablier au milieu.

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×